Innovation

Différentes formes d’innovation

Joseph Schumpeter distinguait déjà en 1942 cinq formes d’innovations :
  • l'innovation de produits
  • l'innovation de procédés
  • l'innovation de modes de production
  • l'innovation de débouchés
  • l'innovation de matières premières
Aujourd’hui, la définition de l’innovation fournie par l’OCDE est sans équivoque sur ce sujet. L’organisation identifie ainsi quatre grands types d’innovation similaire à Schumpeter: Elle spécifie même que ces innovations peuvent être une nouveauté pour une organisation ou pour un marché/secteur.

Innovation de produits

« Une innovation de produits est l’introduction d’un bien ou d’un service nouveau ou sensiblement amélioré sur le plan de ses caractéristiques ou de l’usage auquel il est habituellement destiné. Cette définition inclut les améliorations sensibles des spécifications techniques, des composants et des matières, du logiciel intégré, de la convivialité ou autres caractéristiques fonctionnelles. Ce type d’innovation peut faire intervenir de nouvelles connaissances ou technologies. Il peut également s’appuyer sur de nouvelles utilisations ou combinaisons de connaissances ou de technologies déjà existantes ».

Innovation de procédés ou processus

Elle concerne essentiellement la mise au point de méthodes d’organisation nouvelles, de méthodes de production ou de distribution nouvelles. Par exemple : lorsque l’annuaire électronique passe du minitel au réseau Internet. « Une innovation de procédés est la mise en œuvre d’une méthode de production ou de distribution nouvelle ou sensiblement améliorée. Cette notion implique des changements significatifs dans les techniques, le matériel ou les logiciels. Elle peut avoir pour but de diminuer les coûts unitaires de production ou de distribution, d’augmenter la qualité, de produire ou de distribuer des produits nouveaux ou sensiblement améliorés ». « Il y a « innovation technologique de procédé » dans le cas de l'adoption de méthodes de production technologiquement nouvelles ou sensiblement améliorées, y compris les méthodes de livraison du produit. Ces méthodes peuvent impliquer des modifications portant sur l'équipement ou l'organisation de la production, ou une combinaison de ces modifications, et peut découler de la mise à profit de nouvelles connaissances. Ces méthodes peuvent viser à produire ou à livrer des produits technologiquement nouveaux ou améliorés, qu'il est impossible de produire ou de livrer à l'aide de méthodes classiques, ou essentiellement à augmenter le rendement de production ou l'efficacité de la livraison de produits existants » - Manuel d'Oslo, (deuxième édition) OCDE/Eurostat 1997, page 39

Innovation de marketing

En marketing, l'innovation de produit correspond à la mise au point d'un produit nouveau ou à l'incorporation d'une nouveauté dans un produit existant. Le processus correspondant s'appelle en France, conception de produit et, aux États-Unis, New Product Development Process (NPD)

Innovation d’organisation ou organisationnelle

«Une innovation d’organisation est la mise en œuvre d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l’entreprise. Ce type d’innovation influence également les performances de l’entreprise en matière de qualité du travail, d’échange d’information, de capacité d’apprentissage et d’utilisation des nouvelles connaissances et technologies. Il implique la mise en place de nouvelles méthodes d’organisation des routines et des procédures d’exécution des travaux ». En marge, Chouteau et Viévard rajoute à cette typologie deux autres formes d’innovations : l’innovation perturbatrice et la grappe d’innovation, repris de Schumpeter.

Innovation perturbatrice

C’est une innovation qui, au départ, présente des caractéristiques sous performantes par rapport aux besoins du marché mais qui finit cependant par s’imposer au détriment de la technologie dominante et concurrente du moment. Par exemple, les logiciels libres développés en concurrents des logiciels payants : Firefox, linux, etc.

Grappe d’innovation

L’expression provient de Schumpeter. Selon lui, lorsqu’une innovation technique ou scientifique apparaît et provoque un bouleversement majeur (par exemple : la vapeur, l’informatique, les circuits intégrés, les semi-conducteurs, l’Internet, les nanotechnologie, etc.), elle entraîne avec elle d’autres innovations. Se mettent alors en place des cycles industriels : après l’innovation majeure, les entreprises passent en phase d’expansion et de création de biens et d’emplois, puis les innovations « chassent » les entreprises dépassées qui entrent dans une phase de dépression et de perte d’emplois. C’est pour cette raison que Schumpeter parle de « destruction créatrice ».